• Le dernier des francs

    Le dernier des francs

    Le dernier des francs de Michel Pagel

    Edition : Critic

    Sortie : juillet 2013

     

     

     

     

    Quatrième de couverture :

    Jules César est mort.
    Le siège d’Alésia s’en trouve bouleversé, les armées romaines mises en déroute. De cet événement fondateur naît l’empire celte.
    Huit siècles et demi plus tard, Lucius Antonius Tubero quitte l’Empire romain pour Gergovie. Né bossu, il n’aurait jamais dû vivre et encore moins être promis en noces à la jeune et jolie Lirane. Sensible, d’une bonté naturelle, il ne se doute pas que son oncle, puissant Sénateur, lui ment et l’embarque dans une aventure périlleuse où politique, trahisons et complots seront son pain quotidien et lui dévoileront les chemins sinueux de son destin ; un destin qui se forgera dans le sang, celui des puissants empires celtes et romains, mais aussi celui des Parthes et des Huns, tous plus que jamais engagés dans une guerre implacable, à l’issue incertaine. Pour Lucius, malgré sa difformité, malgré les embûches, reste l’amour… et l’espoir, qui repose alors sur les épaules d’Alrik, le dernier des Francs…

    Mon avis :

    Dans le cadre d'une uchronie, l'auteur reprend une période phare de l'antiquité, à savoir la bataille d’Alésia et la réinterprète en assassinant César. La politique et les conquêtes ont, elles aussi, été réinterprétées : l’empire romain est loin de la grandeur qu’il connut réellement.

    La trame nous est racontée par Lucius Antonius "Tubero", jeune romain qui aspire à prendre place, avec l’aide de son oncle, au Sénat. Quand ce dernier lui demande d'entreprendre un voyage pour "sauver Rome", notre jeune citoyen n'a d'autre choix que de suivre les directives de son oncle et de se lancer à l'aventure.

    Avant même d'entrer dans le vif du sujet, je m'arrête un instant sur la couverture de ce roman. Je n'avais pas encore lu la quatrième de couverture, que déjà j'étais séduit. J’ajoute que l'écriture de Michel Pagel est aussi plaisante à lire, que la couverture à regarder.

    Le lecteur découvre, en même temps que le protagoniste, la mission qui lui a été confiée. A lui de la mener au mieux avec ses rares compagnons de route. Entre une jeune femme torturée, Lirane, et un franc, Alrik, fidèle à sa réputation, la tâche de notre héros va s'avérer compliquée.

    Toutefois, il est agréable de constater que l'auteur a su conserver l'esprit de ses protagonistes. Le jeune citoyen romain ne deviendra pas un guerrier né, etc.... Ce qui évite d’ailleurs à l'auteur de tomber dans le piège du stéréotype, ainsi, en fonction des évènements, les différents protagonistes agiront ou réagiront de façon cohérente.

    Le rythme de l'histoire s'intensifie à mesure que les pages se tournent, les rebondissements sont légion, seul le final est un peu en dessous du reste. En effet, j'aurai apprécié un final grandiose, l'auteur a opté pour une fin plus neutre et plus expéditive.

    Pour résumer, un livre agréable à lire.

    « les héritiersun prince charmant, s'il vous plait ! »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :