• La Horde du Contrevent

    La Horde du Contrevent d'Alain Damasio

    Sortie : Mars 2007

    Editeur : Folio SF

    Note : 5 / 5

     

     

     

     

     

    Quatrième de couverture : 

    Un groupe d'élite, formé dès l'enfance à faire face, part des confins d'une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l'origine du vent. 
    Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d'un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. 
    Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d'un même feu l'aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d'un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien. Chaque mot résonne, claque, fuse : Alain Damasio joue de sa plume comme d'un pinceau, d'une caméra ou d'une arme… 
    Chef-d'œuvre porté par un bouche-à-oreille rare, le roman a été logiquement récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire.

    Mon avis : 

    Quand votre libraire vous dit :" si j'avais le droit de n'emporter qu'un seul livre sur une île déserte, ce serait celui-ci!", on ne se pose pas de question, on l'achète et on le lit.

    Bien que je sois relativement novice en science-fiction, je peux néanmoins affirmer que ce livre est un véritable OVNI. Aussi, je ne me risquerai pas à le classer dans un sous-genre de la SF. La seule chose que je peux affirmer est que ce livre est un véritable chef d'oeuvre.

    Dès la première page, deux choses vous sautent aux yeux. Tout d'abord, la numérotation des pages est faite à rebours. Ensuite, le marque page présente sur ses deux faces les protagonistes et leur symbole.

    A l'instar du Trône de Fer de Martin, l'histoire est racontée par différents protagonistes. Mais contrairement à Martin, le découpage de Damasio, ne se fait pas par chapitre. Pour permettre à l'auteur de multiplier les points de vue au sein d'un même chapitre, ce dernier a opté pour un système très particulier. En effet, chacun des vingt trois membres de la horde est représenté par un symbole : Golgoth sera représenté par l'Omega, Pietro par Pie... Aussi chaque paragraphe débute par le symbole du hordier narrateur ! Autant dire que le marque-page est une véritable bouée de sauvetage quand on commence notre lecture.

    La trame de l'histoire est assez simple,  la Horde du Contrevent raconte l’histoire de la 34e Horde, une équipe de vingt trois personnes organisée autour de Golgoth pour lutter contre le vent qui domine leur monde. Leur but : découvrir la source des vents, l’Extrême-Amont. 

    Si la trame est simple, l'histoire quant à elle est beaucoup plus élaborée. Leur quête les amènera à parcourir des lieux où le vent règne en maître, des personnages qui feront tout pour les ralentir ou les bloquer, enfin et surtout leur quête les amènera vers leur destin .  L'action est omniprésente, il y a très peu de temps mort, si bien qu'il est difficile de refermer ce livre. 

    Si je devais trouver un défaut à cet ouvrage, je dirai que la toute fin du livre n'est pas à la hauteur du reste du roman.Toutefois, à bien y réfléchir,les derniers chapitres sont d'une telle intensité, qu'aucune conclusion ne m'aurait réellement satisfait.

    En résumé, un livre émouvant, époustouflant,  fascinant, merveilleux, bref une très très belle réussite. 

     

     

    « Kara GillianLa cité des anciens »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :