• Le serment de l'épée de David Weber

    Tome 2

    Editeur : l'Atalante

    Sortie : juin 2011

    Note : 2,75 / 5

     

     

     

     

    Quatrième de couverture : 

    Bahzell Bahnakson est un hradani, race maudite depuis les guerres des Sorciers qui ont dévasté le monde. Les hradanis souffrent de la Rage, qui décuple leurs forces quand elle s'empare d'eux et leur vaut la crainte et le mépris de tous. Otage chez l'ennemi juré de son père, Bahzell se voit contraint de prendre la fuite, pourchassé par la vengeance d'un prince qui conspire avec les forces du mal. Assassins et démons le guettent. Son seul recours serait-il Tomañak, le dieu de la Guerre, qui entend faire de lui son champion ? Car l'affrontement des dieux n'a pas vraiment cessé depuis la chute de Kontovar un millénaire plus tôt...

    Mon avis : 

    Sans aucune surprise le second tome débute au chapitre 20, histoire de bien rappeler au lecteur la barbarie opérée par l'Atalante.
    L'histoire reprend donc exactement là où nous l'avions quitté. S'il est constant que ce deuxième  tome met l'action nettement plus en avant que le tome précédent, il est malheureux de constater que la première partie de ce tome n'apporte (pour le moment) pas grand chose à l'histoire. En effet, nos deux hradanis partent secourir un des personnages secondaires, qu'ils abandonnent juste après l'avoir sauvé de ses ravisseurs. Bref, les pages se tournent mais l'histoire peine à vraiment démarrer.


    Mais quand enfin l'histoire se lance, on ne peut que difficilement lâcher le roman. Du coup, on dévore littéralement les dernières pages et on en oublie presque les moments plus difficiles du début.


    Les deux hradanis restent fidèles à ce qui nous avait été présenté dans le premier tome, et les personnages secondaires sont quasi inexistants. Heureusement apparaît Tomanak, Dieu de la guerre et de la justice. Les échanges entre Tomanak et Bahzell pimentent agréablement le roman, tant notre héros est aussi peu enclin a respecter son dieu et ce dernier encore moins enclin à se faire rejeter, et qui fera tout pour arriver à ses fins. Du coup, imaginez un guerrier qui évoque son dieu par habitude, imaginez également que malheureusement pour lui  ce dernier répond chaque fois que son nom est prononcé. C'est cocasse, jouissif et drôle.

    La fin est un peu abrupt, mais promet de bons moment de lecture en perspective.

    Du même auteur : 

    Le serment de l'épée, tome 1


    votre commentaire
  • Les Vaisseaux-Dragons de Margaret Weis et Tracy Hickman

    Tome 1 : Les Os du Dragon

    Editeur : Bragelonne

    Sortie : 26 août 2011

    Note : 3,25 / 5

     

     

     

    Quatrième de couverture : 

    "Skylan Ivorson est un jeune héros orgueilleux.
    Béni par Skoval, le dieu de la Guerre, il est destiné à devenir le Chef des Chefs de tous les clans vindrasis.
    Mais c’est sans compter sur les caprices du destin. Un jour les Vindrasis apprennent que leurs anciens dieux sont assiégés par une nouvelle génération de divinités ; ces dernières les défient pour obtenir les pouvoirs de la création. L’unique chance d’arrêter ces intrus est de retrouver les os-esprits des Cinq Dragons de Vektia, les dragons primordiaux nés à l’aube des temps. Et leur emplacement, que même les dieux ignorent, est un mystère.
    Skylan devra entreprendre cette longue quête périlleuse pour sauver son peuple, son âme et le monde."

     

    Mon avis : 


    Même si je n’ai pas encore lu l’intégralité de l’œuvre de Weis et Hickman, créateurs de Dragonlance, je dois avouer que je me suis littéralement jeté sur ce roman. il est agréable de constater que l'histoire de ce roman est très différent des Dragonlance. Ainsi, je pense que la lecture de ce dernier plaira autant aux fans de la série qu'aux non initiés.

     
    Les os du dragon est le premier tome de la série les vaisseaux-dragons. Le roman raconte l’histoire de Skylan Ivorson, jeune héros orgueilleux, persuadé de défendre l’œuvre de Torval sur Terre.

     
    L'univers de ce roman est très largement inspiré de la mythologie nordique et notamment des Dieux d’Asgaard ; toutefois, le mélange entre la mythologie et la fantasy est plutôt réussi.

     
    L’histoire en elle-même n’a rien de très originale : on se dirige doucement vers une quête initiatique, qui verra l'évolution de Skylan. Ce dernier passant progressivement du jeune homme, un peu tête brulé à un "chef" responsable et respecté.
    Ce premier tome ne fait d'ailleurs qu’esquisser la trame de l’histoire. En effet, la quête relative aux os-esprits des Cinq Dragons de Vektia n’est qu’à peine initiée dans ce tome.

     
    De plus, comme le laisse entendre la quatrième de couverture, le lecteur va suivre les aventures du jeune Skylan Ivorson. Dire de ce protagoniste qu’il est orgueilleux est un doux euphémisme. Soyons clair, il s’aime, se croit (à raison) l’élu de son Dieu, se prend pour le plus grand guerrier que la terre est connue ; bref Skylan est le stéréotype même du héros narcissique ! Pour ceux qui ont déjà lu un Dragonlance, prenez un Raistlin et un Caramon, mélangez les, gardez le plus mauvais des deux protagonistes et vous obtenez un Skylan. Traduisez, s’il est effectivement un redoutable guerrier, il est en revanche nettement plus limité en tant que stratège (façon élégante de dire qu’il est limité tout court).

     
    Le lecteur va donc suivre l’aventure de Skylan, qui malgré sa volonté de bien faire et de guider son peuple vers un futur glorieux, va multiplier les mauvais choix. Inutile d’attendre une prise de conscience et un changement radical d’état d’esprit de notre héros. Cela viendra surement mais pas avant le second tome.
    Pour autant, même s’il manque de finesse, même s’il est narcissique à souhait, on ne peut s’empêcher d’apprécier ce personnage. En effet, à divers degrés, il va être trahi par tous ses compagnons, et c’est une fois dos au mur qu’on espère le voir réagir.
    Autant dire que ce premier tome n’est pas un gros coup de cœur ; toutefois, ce que j’attendais dans ce livre fini par se produire dans les toutes dernières pages. J'ai refermé ce livre frustré mais aussi impatient de me plonger dans le second tome.

     
    Heureusement, ce dernier est sorti, je vais donc pouvoir continuer ma lecture des aventures de Skylan sous peu !


    votre commentaire
  • Le serment de l'épée de David Weber

    Tome 1

    Editeur : L'Atalante

    Sortie : Juin 2011

    Note : 2 / 5

     

     

     

    Quatrième de couverture : 

    Bahzell bahnakson est un hradani, race maudite depuis les guerres des sorciers qui ont dévasté le monde. Les hradanis souffrent de la Rage, qui décuple leurs forces quand elle s'empare d'eux et leur vaut la crainte et le mépris de tous.
    Otage chez l'ennemi juré de son père, Bahzell se voit contraint de prendre la fuite, pourchassé par la vengeance d'un prince qui conspire avec les forces du mal. Assassins et démons le guettent. Son seul recours serait-il Tamanak, le dieu de la guerre, qui entend faire de lui son champion?
    Car l'affrontement des dieux n'a pas vraiment cessé depuis la chute de Kontovar un millénaire plus tôt......

     

    Mons avis : 

    David Weber est un auteur de science-fiction; aussi quand j'ai découvert ce roman résolument fantasy, je m'y suis essayé. Vendu en France comme un dyptique, le serment de l'épée n'est qu'un seul est même ouvrage, découpé (de façon barbare) par l'Atalante.
    Il est difficile de vraiment apprécier ce "premier tome" sans lire le second. En effet, hormis la présentation des personnages, nous n'apprenons pas grand chose et l'histoire peine à commencer. Et quand enfin l'histoire débute, le livre prend fin. On sent que l'histoire a du potentiel, mais que ce tome ne fait qu'effleurer l'objet véritable du récit.
     

    Les deux héros que sont les hradanis sont relativement bien dépeints. Ce peuple maudit a quelque chose de facinant et la "rage" rend les scènes de combat encore plus exitentes. Toutefois, j'aurais apprécier d'avoir des "héros" un peu moins stéréotypés : le côté super-héros du personnage principal (qui est plus grand que tout le monde, plus fort que tout le monde, etc....) est légèrement dérangeant.Les personnages secondaires me posent plus de problème, mais une fois encore, la faute en revient au découpage. On se doute que l'auteur ne nous a pas encore tout révélé sur certains d'entre eux. Gageons que ce sera chose faite d'ici la fin du "second tome".
     

    Au final, un premier tome bien terne mais qui laisse espérer de bons moment pour la suite. Un conseil, ne faites pas comme moi, lisez les tomes coups sur coups.

    Du même auteur : 

    Le serment de l'épée, tome 2


    votre commentaire
  • Les révélations de Riyria de Michael J. Sullivan

    Tome 1 : La conspiration de la couronne

    Editeur : Milady

    Sortie : janvier 2012

    Note : 2.75 / 5





    Quatrième de couverture : 

    Royce et Hadrian, voleur et mercenaire, n'ont jamais reculé devant une mission. Le danger, c'est leur fonds de commerce. Alors, quand on leur propose la fortune servie sur un plateau d'argent, ils pensent n'en faire qu'une bouchée. Ils n'avaient pas prévu qu'on leur tendrait un ignoble piège. Les voilà accusés du pire des crimes : l'assassinat du roi! Pour sauver leur peau, ils n'auront pas le choix. Il leur faudra dénouer les fils d'un mystère qui, depuis des générations, renverse les monarques et bouscule les empires.

    Mon avis :

    La conspiration de la couronne est le premier tome de la trilogie des révélations de Riyria. Ce livre est sans grande surprise, mais il se laisse lire assez facilement. Pour autant, dans le même style j’ai préféré l’œuvre de John Sprunk (en attendant la lecture de Farlander de Buchanan). Ce livre réserve néanmoins quelques bonnes surprises. Je pense néanmoins que les néophytes en fantasy seront plus séduits que les adeptes du genre.

    En effet, à l’instar de nombreux premiers tomes, l’histoire débute doucement, le temps pour l’auteur de nous présenter les principaux protagonistes. Il aura donc fallu attendre une centaine de pages pour voir l’histoire réellement commencer. La trame n’a rien de très nouveau : accusés du meurtre du roi, Royce et Hadrian se retrouvent à leurs insu, mêlés à une intrigue politico-religieuse. Les protagonistes, pour prouver leur innocence, devront donc parcourir le royaume pour confondre le coupable. Je regrette d’ailleurs le parti pris de l’auteur de limiter le nombre de coupables potentiels. D’autant qu’à trop vouloir nous présenter l’un des protagonistes comme le coupable idéal, on devine sans peine qui est l’instigateur du complot qui a conduit au décès du souverain. 

    Les deux membres de Riyria nous sont très rapidement sympathiques. Probablement parce qu’ils sont aussi différents que complémentaires. Ainsi le cynisme et la méfiance de l’un est contre balancé par le sens du devoir et de l’honneur de l’autre. Bien qu’étant au centre du roman, l’auteur a pris soin de ne pas tout nous révéler des personnages. Néanmoins, même s’il se contente de lâcher quelques informations de temps à autres sur les personnages, je crains (avant même la lecture des prochains tomes) d’avoir découvert les origines ou les devenirs de nos deux voleurs. Au risque de spoiler ou de vous envoyer sur de fausses pistes, j’annonce que Royce a des origines elfiques, et que Hadrian est le descendant de Novron tant recherché.

    Les personnages secondaires que sont le prince Alric et le moine Myron sont assez intéressants. Contrairement aux voleurs, leur façon de voir le monde va évoluer tout au long du roman. Ainsi, le premier, jeune prince imbu de lui-même et persuadé que le monde tourne autour de sa personne, va peu à peu prendre du recul et finir par devenir un roi acceptable. Quand au moine ! Que dire, si ce n’est que quitter son monastère va lui permettre d'apprendre la vie. Finalement j’ai trouvé ces antis héros plus authentiques et sympathiques que les membres de Riyria.

    Au final, même si l’histoire de ce livre a déjà été traité à de nombreuses reprises, même s'il n’est pas le roman de fantasy à capuche le plus abouti, je dois avouer que j’ai passé un très bon moment en lisant ce roman. 

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique